Close

13 novembre 2013

[listen] Jimpster, le pourvoyeur de UK deep house comme on l’aime

Cette semaine, on vous parle de Jimpster, une influence majeure des Point Breakers qui revient souvent dans nos tracklists.

C’est à l’occasion d’une soirée deep house dans un lieu peuplé de “néophytes” et “non initié”  à la deephouse nous demandant : “mais c’est quoi ce titre ?” que nous avons pu nous rendre compte de la portée du travail du patron du label Freerange, DJ et producteur anglais.

Pionnier de la deep house  et du broken beat façon UK depuis les années 90, Jimpster (aka Audiomontage ou Jamie Odell), a su évoluer d’un son très abstract hip hop & broken beat, en atteste son premier CD, (oui en 1997 on parlait de Compact Disc) Martian Arts,  pour évoluer et façonner un son toujours très ancré dans la “deep house”  en respectant avec le plus grand soin les critères du genre (tempo aux alentours de 120-125 bpm,  immanquables riffs de voix housy, gros clap, accord de piano/clavier/moog/synthé (rayer la mention inutile),  sens du groove et des mélodies accessibles, tracks de 7 mn).

Bref, nous aimons traditionnellement Jimpster car nous retrouvons en lui un puriste de la deep house qui a toujours su s’affranchir des effets de mode pour ne rechercher que la quintessence de son art et le faire évoluer à son meilleur niveau.

Il aura fallu quelques remixes de son dernier album pour nous replonger dans son dernier opus paru en Mai dernier, opus qui, soit dit en passant, nous était un peu passé le nez sans que l’on s’en aperçoive.

Force est de constater que Jimpster revient ses premières amours downtempo aux influences plurielles  : nu jazz, pop, funk, electronique, folk. Le résultat : une musicalité indéniable et une foultitude de surprises à écouter.

Ce genre de démarche, on aime, et vous la fait découvrir, un peu tardivement certes, mais vous connaissez le dicton…

Indépendemment de la démarche et du producteur, il y a le patron de Freerange Records, label nous pillons allègrement depuis des années. Méconnu en France, comme nombre de labels deep house d’ailleurs, la struture fait autorité en la matière avec nombres de valeur sûres. On trouve aussi, surtout pour les sorties du siècle dernier, nombre de pépites au tempo plus ralenti ou plus accéléré comme de la drum n bass et broken beat.

Il suffit d’un petit podcast pour s’en rendre compte :

En résumé, producteur de talent, fin dénicheurs d’artistes et ambassadeur de la deep house comme on l’aime, Jimpster remporte tout nos suffrages !